• 1
  • Mai
Author

Source ANACT : le point sur la Qualité de vie au Travail

L’accord national interprofessionnel sur la qualité de vie au travail et le Plan Santé au Travail 2015-2019 proposent un cadre général pour l’action dans lequel vient s’inscrire la méthode développée par l’Anact.

La qualité de vie au travail est une démarche qui peut en particulier être conduite à l’occasion de la mise en œuvre de projets d’investissement, de transformation ou en réponse à des dysfonctionnements. Les enjeux actuels du management et de l’impact du numérique apportent des situations d’une possible amélioration de la qualité de vie au travail. Les transformations dans les entreprises sont en effet souvent portées par des méthodes et des techniques (lean, progiciel, approche client, démarche qualité, reporting, etc.), dont les effets doivent être anticipés ou évalués en amont, lors de phases pilotes ou lors des phases initiales de déploiement des outils, non seulement par des experts internes et externes mais également par les salariés eux-mêmes.

Cette démarche, centrée sur l’analyse des situations de travail réelles (notamment au regard de la santé et de la sécurité des travailleurs) et la réflexion sur l’organisation du travail dans des espaces de dialogue professionnel, permet de renforcer l’efficacité de ces transformations et la prévention primaire. Elle appelle une collaboration plus étroite entre les différents métiers de l’entreprise sur ces projets.

Cette démarche, qui constitue une offre générique qu’il convient d’adapter à chaque situation ou contexte, peut se décliner en 4 étapes :

  1. La première étape vise à construire de manière concertée le cadrage stratégique et un accord de méthode précisant les enjeux, objectifs et modalités de la démarche
  2. La deuxième étape vise à identifier les axes des expérimentations grâce à un diagnostic préalable s’appuyant sur des méthodologies particulières (enquêtes, rapports de situations comparées, analyses du travail…)
  3. La troisième étape vise à inscrire des priorités qualité de vie au travail (égalité, qualité de l’engagement, contenu du travail…) dans des projets technico-organisationnels, en intégrant un volet d’évaluation participative tout au long des projets (« évaluation embarquée »)

La dernière étape s’appuie sur un bilan et l’apprentissage des phases antérieures et devrait donner lieu à un accord unique ou intégrant plusieurs objets (pénibilité, égalité, stress, conduite du changement…).